• Jana Call me J

Course-poursuite en plein Paris


Rue de la Paix, Paris, 18h30

Le traditionnel Bal des Pompiers se prépare à tous les carrefours, le défilé du 14 juillet habille les militaires, CRS et policiers dans leur tenue de parade.

Je suis arrêtée au feu rouge, les piétons traversent.

D’un coup, j’entends hurler dans la voiture derrière moi :

« Avance !!! » klaxonnant à fond.

Je jète un coup d’oeil dans le rétroviseur et je devine une BM brillante noire; mais les reflets de lumière se projetant dessus, m'empêchent de voir les habitants à l’intérieur; distinguant à peine des têtes dans les capuches et un bras sorti par le carreau côté conducteur qui gesticule nerveusement pour que j’avance.


Des piétons traversent devant moi, mon feu est toujours rouge, je ne bouge pas en surveillant dans le rétro extérieur l’excité dopé qui a certainement des problèmes et de vue et de distinction de couleurs.


Il continue à klaxonner en crachant des mots dans une purée inaudible et je lui montre par le rétro les piétons traversant devant moi et supposant que le cerveaux d'amibe caféiné ne les voyait pas. Mais si, si, puisque d'un coup il se met à accélérer derrière moi, alors que le feu est toujours rouge.


« Avance connasse !!! » ok, là il commence sérieusement à me gonfler le testostéroné.


Je me retourne en hurlant furax :


«T’as des problèmes toi ??? J’écrase pas les gens, moi ! »


Dans le rétroviseur je vois une flic s’approcher à pied, et je commence à ressentir un léger soulagement, mais contre toute attente le type appuie sur l'accélérateur en poussant ma voiture.


Je frêne de toutes mes forces pour résister à la pression de la BM, la flic accourt et se met à crier en se baissant : « roulez, roulez, ils sont armés, roulez. »


Là, mon coeur monte dans les tempes, les jambes tremblent, mais je ne peux pas bouger, ni avancer, ni tourner, ni reculer, car toute la rue Danou est arrêtée par le feu rouge qui est au bout.


Les piétons se mettent à courir paniqués par la voix rassurante de la policière et enfin ce satané feu du bout de la rue passe au vert libérant quelques mètres devant moi. J’accélère comme une furie et j'en arrive à surprendre l’excité de dernière en me décollant de son pare-choc. Mon cabrio est décapoté, mes pensées fusent pendant que j'accélère pour m’engouffrer sur l’Avenue de l’Opéra ; j’imagine la descente des mecs capuchés pour me péter la gueule, pire, me tirer froidement une balle dans la nuque pour rien, les boules, mourir connement pour rien !


Ils me poursuivent collés à mon pare-choc arrière, les bagnoles se poussent sur notre chemin, je ne comprends pas trop ce qui s’y passe en vrai. Je roule comme si j'étais dans la dernière version du GTA en faisant des appels de phares à tout va et me faufilant tant bien que mal dans une circulation assez dense. La course s’arrête, je suis coincée par le bus, le coeur coincé lui aussi dans les talons et je vois la bagnole noire arriver à mon niveau.


« Sale race arienne ! » Il hurle entre ses dents, en répétant en boucle et brandissant le poing. Il doit avoir une quarantaine d’années, sa bagnole est remplie par les plus jeunes que lui, capuchés tête baissés, seulement l’un d’entre-eux remue son flingue à l’arrière comme le salut de la Reine d’Angleterre. Si ça se trouve c'est un jouet.


La petite phrase a fait son effet et a bien été entendue, les voitures autour commencent à klaxonner, ça gueule dans tous les coins, je vois un espace libre dans l’autre sens de l’Avenue et j’accélère très fort en donnant un coup de volant voilant et m'engouffrer dans la circulation à contre-sens. (à mon tour de me prendre quelques coups de klaxons mais pour une fois de ma vie je prie que les flics m’arrêtent !) J’ai traversé la moitié de l’Avenue en évitant les piétons à contre sens, alors que la BM n’a pas pu avancer coincée par la circulation.


J’ai bien tremblé jusqu’à l’Hôtel de Ville, le trajet, d’ailleurs, je ne me souviens plus trop, tous mes sens en réveil, je guettais le rétroviseur, les oreilles en mode Super Jaimie ou la Femme Bionique redoutant une apparition.


Ensuite, une autre peur a pris place : mon fils dîne dehors, il va aller avec les copains faire la fête et quoi s’ils tombent sur ces tarés ? Mes amis sont, là, ils sortent, ils marchent, se baladent naïvement comme des pâquerettes dans la chaleur estivale. Ils vont où, ces immatriculés dans le 01 ? Sur qui ils vont tirer ? C’est le Far West ou c’est le Coeur de Paris ? Une bagnole défie sans aucun problème une ville bardée de surveillance policère, remplie de mecs armés ?


Et si c’était une manipulation ? Hein ? Vous savez, de la haine ? Ca serait possible (ironique ?) (cynique ?) (sarcastique ?)


Depuis je pleure.

Je pleure et je pleure

Parce que j’ai eu peur ?

Parce que j’ai la haine ?

Parce que je voudrais avoir une arme et leur tirer dessus ?

Probable.


Pourtant


Ce n’est pas la première fois qu’un mec me voyant dans cette petite voiture décapotable jaune hurle en demandant de sucer son excroissance insignifiante suspendue mollement dans son entrejambe et


Ce n’est pas la première fois qu’une violence urbaine me fous les jetons ou me en rage désespérante d’impuissance.


C’est la tristesse qu’ils aient réussi, ne serait-ce qu’un court instant, mais beaucoup trop important, par leur laideur de coeur et leur haine, contaminer toutes les candeurs et splendeurs.


D’avoir effacé toute trace de beauté de la vie, sa poésie, sa douce rêverie, son art et sa culture, son élégance et sa belle posture. De m’avoir injecté leur torpeur haineuse assoiffée de sang et de vengeance droit dans le coeur.


Alors depuis je pleure

Pour ne pas leur laisser de prises, pour ne pas céder à la connerie qu’ils diffusent

Et je pleure, et pleurerai tant qu’il faut

Car seule les larmes peuvent laver un coeur en chaos








Merci pour votre envoi !